Horohiki, les chevaux de l’empereur et les Koïnobori

Le 23 Septembre dernier j’étais allé en famille à une journée dédiée au cheval au Club Keiba (célèbre centre équestre) à Setagaya. J’avais raté la démonstration de Yabusame le matin (je suis vraiment maudit avec cette tradition de tir à l’arc à cheval), et n’étais pas vraiment excité par les défilés qui suivaient… Jusqu’à ce que deux cavalier en habit de samouraï arrivent avec un intriguant drapeau tenue en boule contre eux…
Horohike - cheval et koinobori
Ils tournèrent ainsi longtemps… c’était long… mais je compris qu’ils étaient entrain de prendre de la vitesse et habituer le cheval au terrain, une fois les choses vraiment lancées, là le spectacle pouvait commencer ! Le cheval au galop offrait assez de vitesse pour que l’air s’engouffre dans ce qui ressemblait à un Koïnobori géant ! Quand les montures se croisaient, c’était assez impressionnant… malheureusement je n’avais pas un super zoom pour immortaliser ça…
On dit que le Horohiki date de l’ère Heian, il était utilisé pour protéger des flèches ennemis sur les champs de bataille. Aujourd’hui l’Horohike est une démonstration traditionnelle exécutée par 2 cavaliers en habit d’époque assis sur des selles de l’ère Yamato, et faisant flotter au vent ce « fanion » tubulaire de 10 mètres de long.
Ensuite, le Hanauma matsuri (« festival de fleurs à cheval ») que l’on aurait pu penser plus calme, est devenu rapidement violent quand à la fin certains partaient les bras plein de bâtons décorés porte-bonheurs sans en partager avec ceux qui n’en avaient pas eu… autant dire qu’un tel égoïsme ne leur portera certainement pas chance… :-/

Notez cet article : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (aucune note pour l'instant)
Loading...

David

David Michaud est photographe et auteur vivant au Japon depuis 2007. Créateur du site Internet LeJapon.fr il est aussi auteur de 5 livres : «JAPON», «Traditionnel Japon», «JAPON : 365 Us et Coutumes», «Le Japon – Grands Voyageurs» et «Japon Vu de l’Intérieur» ! Depuis 2009 il invite les internautes à découvrir à ses côté la capitale nipponne lors de Tokyo Safari !

8 pensées sur “Horohiki, les chevaux de l’empereur et les Koïnobori

  • C’est très beau. 🙂 Mais je me demande comment cette chose est sensée les protéger des flèches ennemies… 😯

  • Moi aussi je me le demande…. 😯

  • Est-ce que les couleurs des grands fanions ont une signification, ou est-ce un choix purement visuel (rouge, vert)? je connaissais pas du tout cette tradition. C’est interressant. 🙂

  • je ne connaissais pas cette tradition. intéressant tout cela ! merci pour ces clichés david 🙂

  • Intéressant. C’est drôle, les fanions sont accrochés dans leur dos (ça doit être plus pratique pour avoir les mains libres)
    Merci pour cette petite découverte_^

  • jolie monture et meme sur ma tablette ça rent bien :-p
    il faut vraiment avoir l’habitude sur ces etriers :-p et les cheveaux sont trop beaux LOL

  • D’après "Le Japon, dictionnaire et civilisation" (pg 413), la bande de tissu s’appelle "Horo", pouvait être en toile ou en soie et protégeait le guerrier des flèches tirées dans son dos. Merci David, pour tes reportages, tes photos, tes livres, tout ce temps que tu consacres à nous faire aimer le Japon encore plus.

  • Merci pour ces photos, c’est en effet une tradition que je ne connaissais pas ! Mais j’imagine que c’est quelque chose qu’il faut surtout vivre pour en apprécier toute la magie.

Commentaires fermés.