Rencontres à Tokyo

Ce week-end je m’étais fait violence pour de nouveau aller à la rencontre d’inconnus dans la rue et leur demander d’être pris en photo. En à suivi d’étonnantes rencontres comme Nakako Chan… Et vous, vous avez rencontré et sympathisé avec beaucoup de japonais croisés dans la rue ?

20121015-092610.jpg

20121015-092624.jpg

20121015-092644.jpg

20121015-092655.jpg

20121015-092708.jpg

20121015-092727.jpg

Notez cet article : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (24 votes, average: 1,00 out of 5)
Loading...

David

David Michaud est photographe et auteur vivant au Japon depuis 2007. Créateur du site Internet LeJapon.fr il est aussi auteur de 5 livres : «JAPON», «Traditionnel Japon», «JAPON : 365 Us et Coutumes», «Le Japon – Grands Voyageurs» et «Japon Vu de l’Intérieur» !
Depuis 2009 il invite les internautes à découvrir à ses côté la capitale nipponne lors de Tokyo Safari !

10 pensées sur “Rencontres à Tokyo

  • hmm superbe série ça ! ça me fait penser à ton livre où tu vas à la rencontre de plusieurs familles japonaises chez elles. j’aime beaucoup ! 😀

  • Aller à la rencontre des locaux, c’est la meilleure façon de voyager ! Il faut essayer de passer la barrière de la langue ; quelques fois des gestes et des regards suffisent !
    Quel est le métier des personnes sur les photos 2(???),3 (vendeur de fournitures pour calligraphie) et 4 (restaurateurs) ? Merci

  • sympathique rencontre d’inconnus japonais et japonaise 😀

  • Souvent au Japon, il est plus facile de parler avec des personnes agées qu’avec des jeunes!!! En tout cas c’est ce qui m’arrive le plus souvent!!! Savoir prendre le temps d’écouter, pour moi c’est essentiel!!!

  • Mais qui est Nakako chan? 😯

    Je suis d’accord avec Amphiprion, généralement il est plus facile de parler avec les personnes âgées. Lorsque je fais les festivals pour photographier, je suis souvent seule, et les papys me prennent sous leur aile, et crient à tue-tête « gaijin-san » (l’étrangère) vient par ici… et me pousse à me rapprocher de l’action. Je me suis aussi vue offrir des onigiri, des biscuits, ou ai même passé un après-midi entier devant l’échoppe d’un peintre artisanal, à boire (j’étais complètement défaite) et à manger, pendant le sanja matsuri. Mais les jeunes de la campagne communiquent assez facilement aussi. Il m’arrive de bouger loin dans Chiba, et ils sont souvent curieux d’y voir une étrangère. A Tokyo et dans ses alentours, c’est assez difficile de sympathiser. J’y trouve les jeunes sont plus froids. 🙁

  • Magnifiques portraits me rappelant, un peu ceux rencontrés dans « Traditionnel Japon »… le temps passe et l’art demeure ! Tu es un artiste David !
    Bises de Deda.

  • C’est vrai, en novembre de l’année dernière alors que je visitais le joli temple de ATSUTA-JINGÛ (sud Nagoya), un couple de seniors m’a fait visité une partie du temple fait découvrir un sabre incroyable (version Soul Calibur ^^) 🙂 J’ai passé un super moment. J’ai envie d’ajouter que la barrière de la langue à son importance: en 2006 je ne parlait que notre langue donc bah… je faisait du « Bernardo » avec les mains (merci Zorro!) et je restais sur les pistes touristiques. En 2010 j’avais étudier l’anglais et ça changeait beaucoup mes rapports dans les villes importantes (surtout l’aspect pratique) et principalement dans les contacts avec les jeunes. En 2011 j’avais attaqué la langue japonaise (enfin!) et les rapports ainsi que les découvertes qui en découlent se sont multipliés (je précise que suis vraiment médiocre en japonais et que j’ai du pain sur la planche dans ce domaine^^). jolies photos David 😉

  • très sympa. Perso, je suis trop timide 😳 pour aborder les gens. Dommage, ça a l’air super comme aventure.

  • Sympa ! Les rencontres inopportunes, il n’y a que ça de vrai ! 😉

Commentaires fermés.