Sanma, le poisson de l’automne nippon !

Ce n’est pas parc’que j’ai raté le Sanma Matsuri que je vais passer à côté de ce met délicieux de l’automne nippon ! Alors après un bref passage par Tsukiji, direction un p’tit resto de l’autre côté de la Sumidagawa ; )

20120918-204218.jpg

20120918-204234.jpg

20120918-204249.jpg

Au Japon, pour vous le poisson c'est :

Voir Résultats

Loading ... Loading ...
Notez cet article : 1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (12 votes, average: 1,00 out of 5)
Loading...

6 pensées sur “Sanma, le poisson de l’automne nippon !

  • 18 septembre 2012 à 23:58
    Permalink

    Il a l’air bon !
    J’avoue que lorsqu’on me parle de poisson au Japon, je pense aux plats de poissons crus. Mais ce plat me fait bien envie :)
    Merci pour les photos, et j’espère que tu t’es régalé ! 😉

  • 19 septembre 2012 à 04:11
    Permalink

    Sushi, sashimi ou poisson grillé… Je ne sais que choisir… Mais j’aime bien le poisson grillé ! Et ça me rappelle Osaka, ma première destination au Japon. J’y ai même mangé des squelettes de poisson grillé. Je ne sais pas quel poisson c’était, et ça me paraissait bizarre, mais c’était délicieux. En tous cas, ton petite resto à l’air bien sympa !

  • 19 septembre 2012 à 07:46
    Permalink

    Je pense qu’il y a bien des manières de préparer et de déguster les poissons au Japon. Sashimi ou grillé j’adore, avec un petit thé Hojicha… le top pour moi. Ca m’a donné faim tout çà. :)

  • 19 septembre 2012 à 08:39
    Permalink

    Sushi et sashimi, je m’en lasse assez vite. Par contre, le poisson grillé au sel (shioyaki), faut pas que m’en promettre. Hmmm, le sanma en saison dans les petits bistrots d’Asakusa, la sole fraîchement sortie du casier et grillée au charbon de bois à Matsushima, les ayus grillés tête en bas sur la braise un peu partout en montagne …

  • 22 septembre 2012 à 09:47
    Permalink

    Mon pire souvenir de ma première journée au Japon : un sanma grillé comme celui de la photo, à décortiquer avec les baguettes sans mélanger la chair et les arêtes. Tout le monde me regardait, se demandant si j’allais y arriver. L’honneur de la France était en jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *