Harajuku Fashion Walk : Harajuku sous overdose acidulée !

12 juin 2009 | par David | Publié dans Cool Japan, Le Japon Magazine  |  11 Commentaires | lu 28 492 fois | 16 votes ! Merci !

Harajuku Fashion Walk : Harajuku sous overdose acidulée !

La station d’Harajuku, petite maison dans la city, tout le monde connait. La station d’Harajuku, un dimanche après-midi, les touristes curieux, ne l’ignorent pas non plus…

Pourtant, nombres d’entre eux – s’y rendant le dimanche, comme certains vont à la messe – se plaignent de ne pas rencontrer les curiosités telles que les magazines et guides de voyage les leur ont vantées. Harajuku fût, en effet, jusque dans les années 2000, le théâtre des délires de la jeunesse tokyoïte, avide d’expression, dans cette sorte de parenthèse enchantée entre le sortir du lycée et l’intégration à une société de la Nippon Corporation, où il leur faudrait endosser le costume du salary man ou de l’OL (office lady). Harajuku était unique, place forte où se croisaient en masse, lolitas aux couleurs pastelles, couples punk groggy en veste à clous et pantalon tartan, nymphettes en tenue sixties, nones et soubrettes aux couleurs austères mais à la jupette volante, kimono et obi recyclés, Creamy Magique de pacotille, boots à plateformes, tenues bariolées et camisoles en pagaille, etc. Une bande de photographes s’empara d’ailleurs de l’affaire et créa ce mensuel de snaps de mode, FRUiTS, aujourd’hui connu mondialement des amateurs d’excentricités nippones.

Mais Tokyo, et ce centre névralgique des expérimentations vestimentaires qu’est Harajuku, sans y prêter grande attention, se laissèrent peu à peu grappiller par le train d’enfer de la mondialisation, voyant s’établir de grandes enseignes tel que GAP, et de nombreuses boutiques de luxe, sur le boulevard Omotesando. Si les créations de la Britannique Vivienne Westwood se fondaient parfaitement dans le décor, d’autres, en revanche, n’y correspondaient pas vraiment. Et parce que le décor d’Harajuku, c’était moins ses rues pavées et buildings que sa faune, certains responsables de l’arrondissement décidèrent que la foule devrait se faire un peu plus discrète. Mais les jeunes nippons firent de la résistance, et des marques et magasins, aussi insolites qu’ils aient pu paraître, fleurirent et prospérèrent.

Deuxième coup de semonce ! Vers la fin des années 2000, les grandes marques de fast fashion H&M, Forever 21, ou Zara, se disputèrent d’énormes espaces dans des forteresses de verre, au cœur de cet interstice de liberté. Et aujourd’hui, la première chose sur laquelle on tombe, lorsque l’on sort de la petite station d’Harajuku, c’est la grande vitrine de verre aseptisé de GAP. Pour la couleur locale et le dépaysement, on repassera.

Alors, certes, les sirènes de la mode à petit prix ont su siffler aux oreilles des tokyoïtes. Mais, encore une fois, le bizarre nippon fait de la résistance… Peut-être aussi, parce que les Japonais savent n’en faire qu’à leur tête (et on espère bien que cela va continuer). Et sous l’impulsion de senpai (aînés), s’est développé, il y a de cela environ un an et demi, de drôles de processions acidulées. Les tribus ont quelque peu changé (tout mouvement implique changement) ; mais les lolitas ont ressortis les souliers vernis à brides, les cheveux colorés assortis aux tenues se font à nouveau remarquer, le plastique se fait chic, et les adulescentes sortent en robe de chambre accompagnées de leur animal en peluche préféré.

Pour les repérer, il vous faudra arpenter les rues d’Harajuku, loin des grandes artères, et vous rendre certainement un peu plus loin que Takeshita Dôri. Et pour rencontrer cette joyeuse parade, vous renseigner bien à l’avance, si vous voulez la suivre.

Dernier détail, et non des moindres, en tous cas, en ce qui me concerne personnellement. J’y ai retrouvé la plus adorable des petites lolitas de Tokyo, connue sous le nom d’Ichigo-Hime (Princesse Fraise) – que j’avais photographiée il y a quelques mois – accompagnée de son papa, pour l’occasion, lui aussi en habits du dimanche.

Texte et photos de Valérie Fujita

Vous et la mode japonaise, c’est :

Voir Résultats

Loading ... Loading ...


Commentaires

Pour vous inscrire au flux RSS des commentaires de cet article il suffit de cliquer ici !
  1. CalamityGin le 12 juin 2012 à 09:13

    Elles sont extravagantes mais jolies comme des coeurs. Qu’elles profitent de leur jeunesse et merci à elles de tant nous faire plaisir.

    Merci aussi au photographe et à l’auteur du texte de nous faire partager ces petits instants de bonheur !

  2. cilouille3 le 12 juin 2012 à 09:59

    Super article !!
    Merci beaucoup, ça éclaire un peu l’idée que j’avais de Shinjuku ! J’avais été étonnée de ne rien y voir de tel quand j’y étais passée, tout s’explique !!

  3. AL le 12 juin 2012 à 10:07

    Haa les Harajuku Girls (and boys), j’en avais croisé quelques unes et quelques uns lors mais bon, les jeunes filles délurées et déjantées sont plus kawaii c’est certain.

    Il y a un coté laché-prise qui est très agréable dans ce défilé un peu fou de superpositions anachroniques. J’adore !

  4. toyoさん le 12 juin 2012 à 20:14

    le cool japan ,j’adore! 😛

  5. Kikalu le 13 juin 2012 à 12:33

    J’adore!! Merci beaucoup pour cet article, dommage qu’il n’y ai pas plus de photos_^
    J’aime particulièrement le texte qui explique bien l’évolution d’Harajuku.

  6. Valerie le 14 juin 2012 à 05:14

    @ Kikalu
    Désolée pour le nombre de photos, mais ce n’était pas spécialement évident ce jour-là. Nous étions de nombreux photographes, et il y avait tout le temps l’un deux dans le cadre. Parmi les photographes et cameramen, il y avait le photographe officiel de cette joyeuse bande, qui n’hésitait pas à se faire respecter 😳 , ainsi que le cameraman de Kawaii TV, et se faufiler dans le cadre pour avoir de meilleurs plans aurait été une erreur (sans compter que je ne tiens pas à voir ma tête à la télévision).
    Mais je photographie parfois des portraits de ces jeunes qui parcourent les rues d’Harajuku (ou d’ailleurs).
    Tu peux en voir sur mon Flickr.
    http://www.flickr.com/photos/38509240@N05
    Pour l’histoire d’Harajuku, c’est un peu plus compliqué que cela encore… et puis les modes changent, évoluent, les générations précédentes prennent de l’âge, les nouvelles les remplacent, avec leurs propres codes. Mais ce qui compte, à mon avis, c’est de garder intacte l’atmosphère particulière de l’endroit, qu’il ne se transforme pas en un univers aseptisé. Harajuku est tout de même une sorte de parenthèse enchantée de la mode, un pays des merveilles déglinguées !

  7. Kikalu le 14 juin 2012 à 08:59

    @ Valérie;
    Je suis allée sur votre Flickr et …J’adore!!!
    Vos photos et surtout les thèmes que vous abordez (Tokyo acidulé, portrait…) complètent les informations du Japon.fr. Merci beaucoup, je crois que j’y retournerai souvent;(#^_^#)

  8. yume le 28 juin 2012 à 19:58

    Et bien, j’étais passé à côté de cet article (examens obligent) ! Que de couleurs et de singularité ! Je reste attiré par la façon de certains japonais(es) de s’habiller, même si, personnellement, j’aurais du mal à faire la même chose 😆
    En tout cas, on reconnait la patte de l’artiste Valérie 😉

  9. PigeonVoyageur le 6 février 2013 à 22:32

    Bonjour,

    c’est toujours d’actualité ces Harajuku girls/boys ? Je compte venir à Tokyo fin avril/début mai et aimerai en rencontrer. Quel est le meilleur moment (dimanche après-midi ?) et quel endroit (plus précis) ?

    D’avance merci pour vos réponses :)

  10. Valerie le 24 septembre 2013 à 10:28

    Bonjour Pigeon Voyageur,

    Oui, ces Harajuku boys and girls sont toujours d’actualité. Comme en France, le meilleur moment pour en croiser c’est le week-end, quand il n’y a pas cours ou que c’est jour de repos pour ceux qui travaillent.

    En voir, c’est possible et facile à partir du moment où l’on traîne dans Harajuku. En rencontrer, cela dépend de ce que vous entendez par « rencontrer ». Il y a des soirées, des magasins spécialisés où se croisent ces jeunes gens, mais, je ne peux pas tout révéler. C’est beaucoup de temps que j’ai investi dans mes recherches, et des liens particuliers aussi que j’ai tissés avec certains.

    Valérie

  11. Valerie le 24 septembre 2013 à 10:36

    Oh, Yume, je n’avais pas vu ton commentaire. Ah oui, c’est ma patte en terme d’écriture. Ca va, sur ce bulletin, je n’ai pas été trop fantaisiste (je viens de me relire, je n’ai pas trop honte).

    Et puis, c’est sûr, Harajuku, c’est mon truc. Comme les punks et rockeurs, ou les yankees que l’on trouve dans les festivals de « banlieue ». J’aime bien ce qui dénote…

    Après avoir passée une journée zen auprès de temples et de déïtés, une petite promenade vers ce type de cocktail coloré !

Laissez un Commentaire

Ça fait toujours plaisir d'avoir un petit commentaire, donc n'hésitez pas à en laisser un. Et si vous aimez cet article, cliquez sur le cœur ! Vous pouvez aussi le faire connaître sur vos réseaux sociaux grâce aux icônes au dessus des commentaires. Merci !

Emoticons Smile Grin Sad Surprised Shocked Confused Cool Mad Razz Neutral Wink Lol Red Face Cry Evil Twisted Roll Exclaim Question Idea Arrow Mr Green

Rechercher sur le Site

Rechercher sur le Blog








En direct du blog

  • Les Tokyo Safari ont 5 ans ! Voire 6 ;-) Le temps passe vite hein... Dire que parmi vous il y a eu les premiers bêta testeur du concept "Safari Photo à Tokyo" dès 2009 (J'avais tâté le terrain le 16 Avril 2009 puis lancé le truc le 26... 31 May 2015
  • Enfin des nouvelles du Japon ! Oui, je sais, ça fait un bail... c'était un peu la traversée du désert... J'en suis navré et je m'en excuse ! D'autant que ça a plombé pas mal de "blogs" sur le Japon, qui du coup... 30 Jan 2015
  • 9ème anniversaire pour le blog Le Japon ! Non, je ne suis pas mort et LeJapon.fr non plus... Juste un emploi du temps ultra chargé et des problèmes technique que je n'ai pas le temps de résoudre... d'ailleurs si il y a un expert... 11 Jun 2014

Promo

Du même auteur